Afin de conforter la démarche de réouverture entamée par le gouvernement, Les Forces Musicales proposent avec les Professeurs Philippe Amouyel, Luc Dauchet, Frédéric Laurent, Bruno Lina et Véronique Merle une nouvelle expérimentation scientifique de portée nationale, pour statuer dans des conditions réelles sur l’absence de risque lié à la fréquentation de concerts et de spectacles en configuration assise et masquée.

Initié par l’Orchestre National de Lille et le Centre Hospitalier Universitaire de Lille, un premier concert test y est en phase d’approbation au niveau ministériel. Puis, durant la période de mai à juin 2021, des opéras et des orchestres membres des Forces Musicales pourront rejoindre l’initiative dans différentes grandes villes de France dont Lyon, Rouen et Paris, en partenariat avec les CHUs locaux.

Cette étude de recherche, première en France de son type dans ce domaine, consiste à comparer deux groupes de spectateurs sur trois semaines : en alternance un groupe assiste à un concert, l’autre non. Ces spectateurs sont masqués et distanciés dans le cadre des protocoles sanitaires en vigueur. Compte tenu de ces protocoles, la jauge d’accueil sera la plus haute possible afin d’anticiper et de conforter le calendrier de réouverture. Les groupes de public seront testés (prélèvement salivaire et test RTPCR), chaque semaine le jour de l’évènement. Les résultats de ces tests n’auront pas pour objectif de filtrer l’entrée éventuelle de personnes positives, contrairement à de nombreuses initiatives déjà réalisées ou en cours en Europe.

Reproduisant ainsi les conditions habituelles d’accueil du public, l’objectif de cette étude est donc de conforter à long terme l’absence de risque lié à la fréquentation de spectacles.

Au-delà de notre soutien à la démarche actuelle de réouverture, Les Forces Musicales souhaitent ainsi bâtir un nouveau protocole d’accueil du public qui sécurise durablement l’accès aux salles dans les mois à venir et ce, quelle que soit l’évolution de l’épidémie.

Notre objectif est de ne plus jamais devoir refermer les portes de nos établissements et de pouvoir assurer durablement nos missions de service public de la culture.