Présentation

 

Le syndicat s’est également mobilisé sur les questions sanitaires, dès le début de la crise.

 

Dès le mois de mai 2020, Les Forces Musicales se sont rapprochées de la Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale (CSFI) et à l’Institut technologique européen des métiers de la musique (ITEMM) pour travailler sur les enjeux sanitaires de la pratique musicale (instrumentale et vocale) dans le cadre du projet PIC-PIV, Protocole des pratiques instrumentales et vocales face au coronavirus.

 

C’est donc un programme de recherche unique au monde qui a été mis en place, avec le soutien du Ministère de la culture et de la fondation Bettencourt Schueller, en partenariat, notamment, avec la société Buffet Crampon.

 

Cette première année a permis un formidable travail en commun et a donné lieu à des résultats scientifiques tangibles :

  • Veille internationale et collaboration scientifique avec plusieurs instituts de recherche : University of Colorado Boulder (USA), University of Minnesota (USA), TU Berlin / Charité (Allemagne), University of Bristol (UK)
  • Etude scientifique sur la désinfection des instruments de musique en partenariat avec l’Unité des Virus Émergents (Aix-Marseille Université, IRD 190, INSERM U1207) sous la direction du Professeur Rémi Charrel
  • Deux campagnes de mesure de captations d’aérosols émis lors de la pratique instrumentale et vocale à la Philharmonie de Paris ainsi qu’à IRSN de Saclay.

 

Ces études ont permis notamment de :

  • Bâtir des protocoles robustes afin d’assurer, malgré les différentes vagues épidémiques, la continuité des pratiques instrumentales et vocales au sein des opéras et des orchestres adhérents
  • Transmettre régulièrement ces protocoles au Ministère de la culture et les partager avec l’ensemble de la filière.
  • Organiser deux webinaires sur la pratique instrumentale puis sur la pratique vocale destinés aux professionnels, enseignants et amateurs (+de 600 participants).

 

Il en est notamment ressorti que :

  • Il n’y a eu aucun cluster dans les orchestres et les ballets. Les quelques cas de clusters dans les chœurs apparus à l’automne 2020 ont été jugulés durablement grâce à l’adaptation des protocoles.
  • La pratique des instruments à vent n’implique pas une projection de grandes quantités de particules sur de grandes distances de façon supérieure à la parole.

 

En parallèle, le syndicat a engagé un dialogue fécond avec des scientifiques de renom mobilisés dans la lutte contre l’épidémie : Professeur Bruno Lina, Membre du conseil scientifique et Directeur du centre national de référence des virus infectieux respiratoires à l’hôpital de la Croix-Rousse de Lyon, Professeur Eric Caumes, Chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière APHP,
Professeur Philippe Amouyel Professeur de santé publique au CHU de Lille et le Dr. Luc Dauchet, maître de conférence au CHU de Lille, Professeur Antoine Flahault, Directeur UNIGE Genève et Professeur Véronique Merle, Professeur d’épidémiologie et de santé publique au CHU de Rouen.

 

Par ailleurs, plusieurs échanges ont eu lieu dans la perspective de l’accueil du public en plein air à l’été 2021, avec les festivals suivants : Festival d’Art lyrique d’Aix-en-Provence, Festival d’Avignon, Festival de la Roque d’Anthéron, Festival Berlioz La Côte-Saint-André. Une note a été rédigée concernant les spécificités de l’accueil du public assis en plein air qui a été soumise aux autorités médicales et validée, avant d’être transmise aux pouvoirs publics.

 

Les Forces Musicales ont créé une rubrique (Covid-études PIV) entièrement dédiée à ces travaux sur son site interner où l’on y trouve les protocoles, fiches pratiques, les deux webinaires de présentation des travaux, les vidéos, les guides et études, les actualités, les partenaires etc.

 

À la suite de la publication du guide d’aide à la reprise par le Ministère de la Culture le 17 mai dernier, un nouveau groupe de travail a été mis en place pour notamment affiner les questions de protocoles et revoir, à l’aune des avancées scientifiques, les éventuelles préconisations, en particulier pour les chœurs, les orchestres en fosse, et les opéras. L’objectif a été de formuler de nouvelles propositions au Ministère de la Culture d’ici début juillet afin d’anticiper la décrue des protocoles et la rentrée de septembre 2021.

En effet, la décrue de l’épidémie, l’hétérogénéité des équipes artistiques en terme notamment de vaccination nous invite à poursuivre le travail afin d’une part d’obtenir un discours d’unité, de pouvoir recueillir un vrai soutien du Ministère de la Culture sur un protocole de sortie de crise d’autre part.

A cet effet, un sondage anonyme a été lancé auprès des structures afin d’obtenir des tendances au niveau national en agrégeant les résultats.

 

Ce nouveau chantier s’accompagne de simulations numériques de flux d’air :

  • Simulation des flux d’air en fosse d’orchestre
  • Etude et simulation du renouvellement de l’air et du calcul du taux de CO2 dans deux salles de répétition de conservatoires de musique.

 

Les Forces Musicales poursuivent en parallèle leur investigation au sujet des concerts-tests. En effet, aucune étude scientifique en France ni en Europe n’a été réalisée afin de statuer dans des conditions réelles sur l’absence de risque lié à la fréquentation de concerts et de spectacles en configuration assise et masquée, sans filtrage préalable des participants. Or, c’est bien sans ce dispositif de filtrage que beaucoup de salles de concerts, de théâtre et de danse accueillent désormais leur public.

Conscients de l’attente de la communauté scientifique internationale sur ce sujet, le CHU de Lille (Pr. Philippe Amouyel et Pr. Luc Dauchet) en coordination avec les CHUs de Lyon (Pr. Bruno Lina et Pr. Bruno Laurent) et de Rouen (Pr. Véronique Merle) proposent donc un nouveau protocole de concert test pour théâtres, opéras et salles de spectacle à destination d’un public assis et masqué en pleine jauge et sans filtrage préalable des participants. Cette expérimentation serait réalisée uniquement en cas d’inversion de la tendance sanitaire actuelle et de remontée durable des indicateurs (taux d’incidence supérieur à 100). Dans cette éventualité, les adhérents des Forces Musicales de Lille (Orchestre National de Lille), Lyon (Opéra National et Auditorium Orchestre National) et Rouen (Opéra National Rouen Normandie) auraient la capacité de mobiliser en urgence leurs équipes artistiques et leurs lieux pour réaliser lesdites expérimentations.

 

Le projet est soutenu par la Ministère de la Culture et par la Fondation Bettencourt Schueller.